air eau sante sol

Etude d'imprégnation environnementale des populations de Fos-sur-Mer

Résultats environnementaux

Durant toute la période de l’étude, des mesures atmosphériques ont été réalisées. Celles-ci ont permis de confirmer que la commune de Fos-sur-Mer est plus exposée aux polluants atmosphériques que la zone témoin. De même, différentes études conduites par l’IECP, ont démontré la présence des mêmes polluants en quantités importantes dans les sols, les végétaux cultivés ou le milieu marin dans les territoires jouxtant la ZIP.

Nombre de particules

Une campagne de mesure des particules ultrafines a été mise en œuvre simultanément sur les deux zones entre août et novembre 2017. Le comptage en continu de ces particules, typiques des émissions industrielles, a enregistré 63 pics en zone témoin contre 227 en zone exposée, révélant ainsi une nette différence d’exposition.




















Concentrations atmosphériques

Parallèlement au nombre de particules ultrafines, des particules fines (PM2.5) ont été prélevées sur filtres, afin d’analyser leur composition chimique. Les composés organiques volatils (gaz) ont également été mesurés. Les résultats montrent des concentrations plus importantes dans la zone exposée, notamment pour les métaux lourds et le benzène.

Lichens

Des lichens, connus pour être de bons bio-indicateurs de la qualité de l’air, ont été échantillonnés sur les deux zones à la même période. Pour l’ensemble des polluants analysés (métaux lourds, hydrocarbures, dioxines et furanes), la zone exposée présente des teneurs supérieures à la zone témoin.