La biodiversité sous-marine en observation

La biodiversité sous-marine en observation

Des volontaires de l’Observatoire Citoyen de l’Environnement (VOCE) participent à l’étude FOS-SEA, qui investiguent actuellement l’impact des rejets d’eaux chlorées dans le Golfe de Fos. L’objectif est d’étudier la diversité et l’état écologique de 6 placettes localisées sur le pourtour du golfe dans le cadre de sorties Palmes/Masques/Tubas. Le travail effectué avec les volontaires s’est notamment attaché à relever la présence/absence d’espèces remarquables (protégées ou menacées, invasives, indicatrices) sur chaque placette, à déterminer le pourcentage d’algues vertes, brunes et rouges, à mesurer les paramètres physico-chimiques (pH, température, chlorophylles, oxygène dissous, salinité) avec une sonde multiparamètres et à réaliser des observations vidéos pour le suivi des peuplements halieutiques. Pour participer, merci d’envoyer un mail à voce@institut-ecocitoyen.fr

Go to 3rd slide

Une nouvelle étude sur l’air à Port-Saint-Louis-du-Rhône

Une nouvelle étude sur l’air à Port-Saint-Louis-du-Rhône

HAPs atmosphériques à Port-Saint-Louis-du-Rhône : Suivi intégré et sources (Hapsis), est une étude portée par l’IECP et labellisée par le Plan régional santé-Environnement PACA. L’objectif d’Hapsis est de répondre à la problématique de contamination aux Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) observée sur la commune lors de plusieurs études menées par l’IECP. En  partenariat avec le Laboratoire de Chimie de l’Environnement de l’Université d’Aix Marseille et ATMOSUD, les chercheurs tenteront d’identifier les origines et les conditions environnementales et météorologiques des contaminations aux HAPs sur la ville. De décembre 2019 à Novembre 2020, des mesures atmosphériques (biosurveillance lichénique, particules sédimentables et poussières totales en suspension) seront réalisées ainsi qu’une cartographie complète des teneurs en HAP dans les sols.

Les chercheurs de l’IECP invité à bord de Tara Océan

Les chercheurs de l’IECP invité à bord de Tara OcéanLa goélette Tara, dédiée aux missions scientifiques, a fait escale sur l’Etang de Berre, à la mi-septembre. Les chercheurs de l’IECP ont été invités à bord et ont pu échanger avec l’équipe de Tara, autour notamment des différentes contaminations de l’étang mais également des méthodes d’investigations pour le prélèvement des microplastiques. Ce samedi, une chercheuse de l’Institut a participé à une nouvelle rencontre avec les équipes de Tara et le Bureau des guides du GR2013 afin de présenter la structure et certains des résultats d’études de l’IECP. La transmission des connaissances scientifiques produites par l’Institut est un des fondements de la structure.

Toutes les actus

Nos études

Cette étude vise à évaluer, à partir de mesures d'indicateurs biologiques dans le sang et les urines, si la population vivant à Fos-sur-Mer présente des niveaux d'imprégnation significativement différents aux polluants anthropiques par rapport à un groupe témoin, tout en tenant compte des facteurs de confusion potentiels.
Pour la première fois, les contaminations historiques du territoire vont être étudiées à travers la mesure des polluants métalliques stockés dans les cernes des arbres. L'approche dendrochimique va en effet être testée pour la première fois à Fos-sur-Mer, pour les pollutions atmosphériques grâce à un partenariat avec le laboratoire Chrono-Environnement de l'Université de Besançon.
Pour savoir comment se répartissent les polluants atmosphériques sur de vastes territoires et mesurer leurs effets sur le vivant, l'Institut réalise régulièrement des relevés de flore lichénique et des prélèvements de thalles de Xanthoria parietina. L'analyse de 17 métaux et métalloïdes, 16 HAP et les dioxines et furanes (PCDD/F) de la liste OMS, permet de mesurer la bioaccumulation des polluants.
Les territoires industriels sont marqués de façon spécifique par des épisodes intenses en particules ultrafines, sans que leur suivi soit imposé par la règlementation. Afin de mieux comprendre ce type de pollution, l'étude SULTTAN réalise la mesure de la taille et du nombre de PM1 pour obtenir une donnée représentative de la quantité de particules les plus dangereuses pour la santé.
Cette étude vise à évaluer les teneurs naturelles en Eléments Traces Métalliques et Métalloïdes (ETMM) et leur comportement dans le sol. Pour mener cette étude, 30 sites, représentatifs des 7 occupations de sols prédominantes dans la région, ont été échantillonnés. Des analyses en ETMM ont ét? réalisées dans tous les horizons de sol identifiés ainsi que des mesures des principaux paramétres physico-chimiques.